Imaginez… moins de voitures dans la capitale, moins de soucis dès lors qu’on rate le dernier métro, encore plus de balades à vélos en bord de Seine…Les Lyonnais, eux, pratiquent cela entre la Saône et le Rhône depuis quelques mois déjà… Après Aix-en-Provence début juillet, c’est maintenant aux Parisiens de se laisser convaincre par le dispositif mis en place par la mairie de Paris et JCDecaux. Vélib’, forcément, ça fait rêver. Alors puisque le descriptif ne peut que nous rendre enthousiastes, soyons-le !

Pour commencer, Vélib’ est pratique : dès le 15 juillet, 10 000 vélos seront à notre disposition dans 750 stations. D’ici la fin de l’année, ces chiffres vont doubler : il y aura 20 000 vélos et près de 1500 stations.

L’idée, c’est de remplacer les cours trajets que nous effectuons à pied, en transports en commun mais surtout en voiture par le vélo. Pour 29 euros d’abonnement, on peut emprunter des vélos pendant toute l’année, la première demi-heure de chaque trajet étant systématiquement gratuite. Dans la mesure où la plupart des trajets effectués en voiture à Paris sont des trajets courts, ils peuvent tout à fait être parcourus en vélo, ce dernier permettant même un gain de temps (pas de minutes perdues à tourner pour trouver à garer sa voiture, etc…).

Le vélo en libre-service, il paraît que ça vous change une ville. A Lyon en tous cas, Vélo’v a marqué la cité de son passage : avant l’instauration de ce système, il n’y avait que très peu d’équipements et de pistes cyclables ; presque deux ans plus tard, avec 250 stations et 3 000 vélos à disposition, on note une augmentation des déplacements à vélo de près de 80% ! Il semble que le fait de voir des citadins emprunter des Vélo’v en ait incité d’autres à ressortir leurs propres bicyclettes : « On a compté trois vélos particuliers dans la rue pour un Vélo’v emprunté », explique Rémi Pheulphin, Directeur Général Recherche Productions et Opérations de JCDecaux.

A Paris, on part peut-être de moins loin : depuis 2001, le nombre de pistes cyclables a doublé, passant de 200 à 400 km, réseau auquel s’ajoutent les « quartiers verts » en zone 30, où la vitesse de circulation apaisée est profitable aux circulations douces. Entre 2001 et 2006, le nombre de cyclistes a déjà augmenté de 50%...

En termes de sécurité, l’instauration des Vélib’ va peut-être amener un changement dans les comportements routiers. Selon le conseiller de Denis Baupin en charge des circulations douces et du stationnement Jean-Luc Dumesnil, « même s’il n’y a pas de danger 0, on remarque que plus il y a de vélos, moins il y a d’accidents. L’augmentation du nombre de cyclistes oblige les autres usagers de la route, et notamment les automobilistes, à davantage en tenir compte, à y être plus attentifs ».

Enfin, si à www.pourmaplanete.com, nous avons craqué sur Vélib’ après avoir adopté Vélo’v, c’est parce que c’est écologique. Déjà, la force de nos mollets remplace le pétrole : à Lyon, on estime à 2400 le nombre de tonnes de CO² économisées par an. Ensuite, le concept lui-même se veut vraiment respectueux de l’environnement : les agents de maintenance se déplaceront en vélos à assistance électrique, les Vélib’ seront nettoyés sans détergent, avec de l’eau de pluie récupérée sur les toits des sites JCDecaux et acheminée par des véhicules électriques ; enfin explique Rémi Pheulphin, « Le vélo est recyclable à 99%. JCDecaux a d’ailleurs mis en place une filière de recyclage des pneus de vélos usagés, ce qui est une première en France. »

Dans les mois qui viennent, les villes de Besançon, Marseille, Mulhouse et Toulouse vont, elles aussi, proposer des vélos en libre-service. Moins de pétrole, plus d’idées pour nos villes ?

Et vous, que pensez-vous de Vélib' ? Venez partager vos expériences sur le forum !

Toutes les infos sur Internet :

Pour Paris : http://velib.paris.fr

Pour Lyon : http://www.velov.grandlyon.com

Pour Aix : http://www.vhello.fr

A.O.