Nichée dans la verdure d'une impasse pittoresque du 14ème arrondissement de Paris, cette maison communicante et bioclimatique était à l'origine un pavillon de 120m2 du XIXème siècle. Elle compte aujourd'hui 7 pièces réparties sur 220 m2. Entre préoccupations esthétiques et choix de matériaux recyclables et sains pour la santé, la maison A allie avec talent confort, design, domotique et développement durable. De larges baies vitrées s'ouvrent désormais sur un charmant jardin en terrasse qui comprend un potager et des plantes aromatiques.

« Nous voulions faire découvrir au grand public un exemple très abouti de maison contemporaine, confortable, environnementale et technologique. Je voulais aussi que les habitants de la maison A ressentent un bien-être physique et intellectuel en ayant le sentiment de protéger l'environnement », explique l'architecte Eric Justman, directeur d'Architectures à vivre et coordinateur du projet parrainé par Gaz de France.

Visiter la maison A située rue Hallé dans le 14ème arrondissement de Paris (métro Mouton Duvernet) est possible sur RV tous les week-ends et vacances scolaires jusqu'en décembre 2007 (appeler le magazine Architectures à vivre : 01 53 90 19 30 ou par e.mail : maisona@avivre.net. 8 euros/personne. Visites de groupes possibles en semaine).

Aménager une maison pour qu'elle soit bioclimatique : un luxe réservé à une élite ?

“Non, cela ne coûte pas beaucoup plus cher, surtout si la maison est bien orientée et bien isolée. Le coût de la main d'oeuvre est le même que pour la rénovation d'une maison classique. Ce qui fait la différence, c'est le surcoût lié à l'installation de capteurs solaires car il s'agit toujours d'une installation spécifique?, explique Eric Justman.

Une performance énergétique exceptionnelle

La maison A ne consomme que 130 Kwh/M2/an d'énergie primaire tous usages confondus et moins de 90 kwh/M2/an pour le chauffage. Elle possède également une bonne capacité à se rafraichir l'été.

Les doubles vitrages à bords décalés Glaströsch sont des verres isolants qui diminuent les besoins de chauffage en hiver et de rafraichissement l'été. Bien isolée, elle est aussi bien ventilée grâce à un puits canadien et à un système de ventilation double flux.

Le puits canadien Hélios fait passer l'air sous la terre avant qu'il n'entre dans la maison. Ayant adopté la température du sol (à un mètre de profondeur, la température est comprise entre 10 et 12° à Paris), ce courant d'air contribue à préchauffer la maison par temps froid en hiver et à rafraîchir l'air entrant en été (si la température excède 27 degrés, par exemple). Le rendement d'un puits canadien dépend de la conductibilité de la terre et de la longueur des conduits sous terre. Il peut être installé pour du neuf comme en réhabilitation. Quatre tubes de 110 mm de diamètre et de 25 mètres de long chacun constituent le puits canadien installé dans le jardin de la maison A. Ils débouchent dans un regard situé dans le local technique au sous-sol de la maison. C'est de là que l'air transite vers la centrale de ventilation double flux à récupération de chaleur qui apporte de l'air neuf dans les pièces à vivre et qui évacue l'air vicié depuis les pièces humides. Ainsi, chaque heure, la moitié du volume d'air de chaque pièce est renouvelé. En hiver, la centrale de ventilation récupère au minimum 85% de la chaleur de l'air extrait pour la transférer à l'air neuf entrant, d'où un gain d'environ 1000 W/h. Si le temps est clément (entre 11 et 26 degrés, par exemple), l'air rejoint directement la centrale de ventilation depuis l'extérieur sans passer par le puits canadien afin de ne pas rafraichir l'air inutilement. De plus, les particules polluantes de l'air sont filtrées à l'entrée du puits canadien et dans la centrale de ventilation.

Vive les énergies renouvelables !

Dotée de 6m2 de capteurs solaires Vélux situés sur la façade sud, la maison bénéficie d'un bon ensoleillement. Intégrés à la toiture, les capteurs couvrent 40 à 50% des besoins d’eau chaude sanitaire de la maison. Ces capteurs ne chauffent pas directement l'eau utilisée dans la maison mais un liquide antigel qui y circule et qui passe ensuite dans le ballon via un serpentin où il redistribue ses calories à l'eau chaude sanitaire.



L'énergie solaire est complétée par une chaudière à condensation au gaz naturel De Dietrich Thermique qui assure le chauffage et permet d'économiser environ 30% d'énergie par rapport à une chaudière traditionnelle. La maison A comprend quatre zones de chauffage indépendantes (trois planchers chauffants et un circuit de radiateurs à robinets thermostatiques), ce qui permet de couper l'alimentation de chaque zone de chauffage si nécessaire. Les planchers chauffants d'Acome permettent de bien répartir la chaleur et d'économiser davantage d'énergie.

Le chauffage du séjour est complété par un poêle à bois Stüv 30 très performant au rendement impressionnant de 80%. Il bénéficie de trois types de foyer : une porte vitrée qui s'ouvre et se ferme pour alimenter ponctuellement le foyer, une ambiance cheminée (la vitre est ouverte mais le rendement est plus faible) ou une porte en métal pour la combustion qui tient toute la nuit.

Economiser l'eau et l'électricité

Un local technique situé au sous-sol abrite deux réservoirs d’eaux de pluie d'une capacité chacun de 750 litres qui permettent d'arroser le jardin ou d'alimenter la machine à laver le linge. Les WC dotés d'une chasse d'eau intégrée dans les bâti-supports Geberit n'utilisent que trois litres d'eau par utilisateur.

Dans la salle multimédia située au sous-sol et dans le jardin, les éclairages sont des LEDs de Hess, dont la consommation n'excède pas 3W/h. L’éclairage de la maison est de type fluocompact (consommation entre 10 et 200 W/h maximum) dans les autres pièces.

Des produits et matériaux écologiques

Les cloisons et l'ensemble des faux plafonds du deuxième étage sont constitués de plaques de plâtre de Placoplâtre qui contribuent à une meilleure isolation acoustique et thermique et à une meilleure régulation hygrométrique. Non toxiques, ces plaques de plâtre sont recyclables et leur fabrication nécessite une faible consommation d'énergie. Au 2e étage de la Maison A, des dalles de moquette recyclables à pose aléatoire Interface, permettent de limiter au mieux les coupes et donc les éventuels déchets. La peinture alkyde en émulsion des Peintures Guittet permet d’éviter l’utilisation des solvants et les composés organiques volatiles (COV). Quant au claustra en mélèze non traité du séjour, visible depuis l'impasse Villa Hallé, il permet d'éviter toute déforestation nuisible à la biodiversité. Des plantes grimpantes s'y accrochent à la belle saison, créant une splendide façade végétalisée.

La domotique au service des loisirs et de l'environnement

Lorsqu'on pénètre dans la maison A, on n'aperçoit pas d'emblée à quel point la domotique est sophistiquée car sa présence physique est très discrète. Ici, pas de surenchère technologique, ni d'équipement flamboyant imposant sa présence : la maison A n'a pas oublié qu'elle doit d'abord rendre service à ses habitants et rester conviviale. Un exemple : dans la salle de bains du premier étage, un écran est dissimulé dans le miroir qui fait face à la baignoire. Seul un esprit bien informé peut soupçonner où se trouve l'interrupteur ! Par ailleurs, l'ordinateur portable situé dans la chambre des parents situé en sous-sol avec vue directe sur le jardin se rétracte dans le meuble. Là encore, bien malin celui qui saura le trouver !

Tout est en réseau dans la maison A : les systèmes de chauffage, d'éclairage et de sécurité ainsi que le matériel audiovisuel et de loisirs numériques. Cela permet de pouvoir agir à distance et à tout moment grâce à un écran tactile qui centralise l'ensemble des commandes domotiques et multimédias, que ce soit de l'écran tactile de la salle multimédia ou de celui la cuisine.

Quelques clics suffisent pour baisser le chauffage dans la chambre du premier étage car personne ne s'y trouve et fermer les stores, allumer la lumière de la cuisine, diffuser la musique de son choix dans la chambre des parents, mettre en route la télévision de la salle de bain du premier étage, observer les émissions de gaz à effet de serre du salon ou faire des courses en ligne.

L’écran tactile de la cuisine permet également de regarder la télévision ou de surfer sur Internet, de répondre au vidéophone ou de contrôler les caméras de surveillance. Il nous offre aussi la possibilité d'accéder au tableau de bord de la maison pour mettre en route à distance, par exemple, le home cinéma de la salle multimédia car les invités viennent d'arriver...

Pascale Bonnamour

Pratique

Visitez la maison A rue Hallé (14ème, métro Mouton Duvernet) : sur RV, tous les week-ends et vacances scolaires jusqu'en décembre 2007, appeler le magazine Architectures à vivre : 01 53 90 19 30 ou par e.mail : maisona@avivre.net. 8 euros/personne. Visites de groupes possibles en semaine.

Capteurs solaires Vélux : www.velux.fr, 0 811 02 01 01 (prix d'un appel local)

Poêle à bois Stûv : www.stuv.fr, 00 800 41 84 55 49 (gratuit depuis un poste fixe ou + 32 81 43 23 27, info@stuv.fr

Doubles vitrages Glaströsch : www.glastroech.com

Puits canadien et centrale de ventilation double flux Hélios : www.helios-fr.com

Chasse d'eau Geberit : www.geberit.fr, sales.fr@geberit.fr, 0825 801 603

Plaques de plâtre Placoplâtre : www.bpbplaco.com

Peintures Guittet : www.guittet.com

Moquette à poste aléatoire Interface : www.interfaceflor.eu

Tableau de bord Domoconsulting, experts en domotique et multimédia : www.domoconsulting.com, 1706 avenue Maurin, 34070 Montpellier, 04.67.85.74.08

Ecran tactile Vity : www.vity.com, 180 rue Pierre Landais, 56850 Caudan, 02.97.89.20.02