Copyright Avoriaz-Burton-Mikkel Bang

The Stash à Avoriaz sera la première piste de snowboard de ce type en Europe. Avec un dénivelé de 470 m et longue de 1,3 km, elle permettra aux riders (free ride et freestyle) de donner libre cours à leur créativité sur un terrain freestyle unique, laissé à l'état naturel. Aucune dameuse ne viendra troubler la quiétude d'une piste constituée de 37 modules en bois de récupération, nichés au coeur des sapins et qui seront déneigés à la pelle. Ils permettront aux snowboarders d'exécuter des sauts et des figures acrobatiques de légende. Car leur nouveau « terrain de jeu » 100% naturel sera constitué d'un mur végétal sur lequel ils glisseront verticalement, avant de franchir des souches et des troncs d’arbres ou de « slider » sur des tables en bois. Ils pourront également effectuer des sauts de chemin et de rochers, mais aussi s'exprimer sur des arbres courbés en forme d’arc en ciel et rivaliser d'ingéniosité sur des toboggans ou des rampes...

Pour accéder à cet espace de neige vierge qui permettra de grands virages dans la poudreuse, il suffit d'emprunter dès le 10 janvier 2008 le télésiège 6 places débrayable des Prolays avec un forfait « domaine d’Avoriaz ».

Copyright Avoriaz Burton Keegan Valaika

Des passages secrets au coeur de la forêt

« Il faut emprunter la piste plusieurs fois pour découvrir tous les modules qui y sont disséminés. On les découvre au hasard, tels des passages secrets», explique Stéphane Lerendu, directeur de l'office de tourisme d'Avoriaz. Car The Stash offre une véritable rencontre avec la nature, de façon aussi ludique que sécurisée. Ce snowpark géant est effectivement composé de 3 pistes qui se rejoignent à mi-parcours pour atteindre une cabane en bois cachée au coeur des sapins, puis se séparent à nouveau pour serpenter dans la forêt des Lindarets. Des messages en faveur de la protection de l’environnement seront diffusés dans cette petite maison aux allures de cabane de trappeur. Tout snowboarder de passage pourra également graver un message personnel dans le bois.

Avoriaz, station écologique depuis 1966 Associée généralement au festival de cinéma qu'elle accueillait naguère, la station d'Avoriaz reste relativement méconnue du grand public pour ses qualités environnementales. Et pourtant...

« La société d'exploitation des remontées mécaniques (SERMA) a obtenu la certification ISO 14 001 pour l'environnement le 15 mai 2007. Mais cela fait 60 ans qu'Avoriaz propose un dépaysement loin des pots d'échappement et a misé sur les isolants naturels dans les bâtiments », explique Stéphane Lerendu, directeur de l'office de tourisme de la station.

Les 28 attelages, soit une centaine de chevaux, permettent en effet d’oublier pendant quelque temps la voiture stationnée sur l’une des 2300 places de parking et redonnent vie à une image romantique et pure de la montagne.

Outre des transports propres, Avoriaz a progressivement mis en place des mesures spécifiques pour préserver l'environnement :

  • Le tri des déchets industriels : bois, emballages / ferraille /papier cartons / filtres à huile/ cartouches de graisses / batteries / néons et lampes / liquides de refroidissement/ aérosols..., pour séparer la part recyclable.
  • Le recyclage des produits :pour le tri, la SERMA a mis en place 15 poubelles différentes, c’est-à-dire 15 types de déchets différents qui sont évacués vers les filières de recyclages, les déchets rejetés dans la nature sont limités, le tri des déchets est organisé, les plans de pistes sont imprimés sur papier recyclé,…
  • Le nettoyage des pièces mécaniques avec des solvants biodégradables
  • L'utilisation d'huile biodégradable dans les circuits hydrauliques des dameuses
  • Le plan de damage a été optimisé pour ne faire qu’un passage et limiter le nombre d’heures de damage afin de limiter la pollution et le carburant consommé (300 000 litres de carburant sont utilisés chaque hiver pour le damage).
  • Le Remplacement des motoneiges 2 temps par des 4 temps qui polluent et consomment moins.
  • Le réglage volumétrique du débit des canons à neige pour optimiser la gestion de l’eau, issue en totalité de retenues collinaires et rejetée intégralement sur le même bassin versant.

La station a d'ailleurs bien l'intention de poursuivre son action en faveur de l'environnement. « Avoriaz va s'étendre en 2010 mais nous allons construire des bâtiments HQE (Haut Qualité Environnementale) totalement autonomes en énergie grâce au photovoltaïque et à l'énergie solaire », précise Stéphane Lerendu, directeur de l'office de tourisme d'Avoriaz.

Les stations de montagne se mobilisent de plus en plus en faveur du développement durable

Outre Avoriaz, Megève, Les Ménuires et Barèges bénéficient de la norme environnementale ISO 14 001. S'il s'agit parfois d'un positionnement pour attirer une clientèle plus urbaine, le mouvement des stations de montagne s'accentue dans ce sens et plusieurs porteront bientôt la mention « éco-stations ». Car depuis fin 2007, une charte du développement durable définit huit engagements volontaires pour bénéficier de cette dénomination :

  • Promouvoir un aménagement durable des territoires
  • Développer une politique durable de l'habitat, respectueuse du patrimoine bâti
  • Préserver les paysages et les espaces naturels
  • Promouvoir une gestion équilibrée des ressources, notamment l'eau et l'énergie
  • Favoriser des modes de déplacements performants et respectueux de l'environnement
  • Développer des activités touristiques en veillant à leur bonne intégration dans les paysages et à leur gestion respectueuse de l'environnement
  • Sensibiliser les différents usagers de la station afin des les encourager à des comportements éco-citoyens
  • Mettre en oeuvre un système transparent d'application de la charte et du contrôle de son respect

Cette charte du développement durable est le fruit d'un long travail entamé en 2006 par la commission Aménagement du territoire et développement durable de l'Association Nationale des Maires de Stations de Montagne (ANMSM), en partenariat avec l'Ademe et l'association Mountain Riders. S'inscrivant dans la continuité de la loi Montagne, elle a pour vocation d'inciter les stations de sports d'hiver et d'été à prendre davantage en compte les objectifs du développement durable dans leurs politiques publiques et à valoriser leurs initiatives. Son application est volontaire et fera l'objet de la publication d'un rapport annuel et d'un audit tous les trois ans. Les stations qui se conformeront aux huit engagements précités, en développant un plan d'action sur 10 ans, pourront bénéficier de la mention "éco-station".

Une bonne nouvelle pour la préservation de la pureté des cîmes ...

Pascale Bonnamour