Avez-vous déjà remarqué les petits boîtiers placés à côté des néons des enseignes lumineuses dans tous nos centres-villes ? « Un soir tard, nous avons vu ces petites boîtes en continuité des luminaires des magasins. Un peu curieux, nous avons essayé d’en baisser la manette, et nous avons ainsi découvert que cela éteignait toute la lumière du magasin. Il était trois heures du matin et ça ne servait plus à rien d’éclairer toute la vitrine. Nous avons donc éteint la lumière », explique Bruce, l’un des initiateurs du Clan du Néon qui ne cesse de faire des adeptes dans toute la France. « Nous avons tous appris à éteindre la lumière quand nous quittons une pièce, alors pourquoi garder toutes ces enseignes allumées toute la nuit alors que cela ne sert plus à rien », continue un autre, séduit par l’idée.


Copyright Christopher Hall / Fotolia.com

Et pourtant, cette initiative n’est partie d’aucun mouvement écologique. « Nous avons fait quelques recherches et nous avons rapidement constaté que personne n’avait exploité cette facilité d’accès aux boîtiers disjoncteurs. Nous avons souhaité donc, par cette action simple, montrer que c’est très simple de faire économiser de l’énergie », continue Bruce. Le passage du Clan du Néon est signalé aux commerçants par un petit mot explicatif, présentant le mouvement mais aussi pour indiquer qu’il y a un vraiment mouvement revendicatif, et que la lumière ne s’est pas éteinte par hasard. Le mouvement compte déjà des actions revendiquées ou filmées dans plus 30 villes sur tout le territoire. Joli travail !

La protection de l’environnement : pas pour les dégonflés !


Copyright Nathalie Pecqueur/Fotolia.com

Même engagement non organisé, mais très efficace chez les « Dégonflés » à Paris ou les « Flagadas » à Bruxelles dont la mission consiste à mettre à plat les pneus des voitures 4 X 4, symbolisant la consommation excessive d’énergie par des véhicules non utiles en agglomération. Les Flagadas précisent dans un communiqué : "Les 4x4 consomment en moyenne bien plus de carburant (surtout en ville où les arrêts sont fréquents) et émettent une quantité moyenne plus importante de CO2 (230 grammes de CO2/km contre 146 g/km pour les berlines) responsable de l’effet de serre. Ils contribuent ainsi de manière notable à la pollution atmosphérique dont les conséquences sont lourdes en terme de santé publique". Leur passage est signalé par un tract militant et explicatif… à bon entendeur !

Pour les Freegan’s, les discours écologiques ne sont pas les seules raisons qui expliquent ce mouvement venu des Etats-Unis (Freegan est la contraction de Free – Libre de Vegan – un curant de végétariens) qui consiste à récupérer de la nourriture invendue à la fermeture des magasins.


Copyright Benis Arapovic / Fotolia.com

Aux Etats-Unis, c’est une population qui n’est pas forcément dans le besoin financièrement qui opère, mais la situation est différente de l’autre côté de l’Atlantique : les responsables de magasins sont tenus d' achalander leurs rayons en permanence : de nombreux produits non périmés se trouvent jetés alors qu’ils sont encore bons à la consommation. Permettant ainsi à une population luttant contre cette société de consommation de s’approvisionner à la fermeture des magasins et de récupérer de nombreux produits, gratuitement. En France, les règles de la consommation sont un peu différentes et les produits mis à la benne ne sont pas forcément aussi « bons » dans les arrières courts des supérettes. Le site de Freegan’s est donc riche en conseils pour sélectionner les produits consommables et le leitmotiv « Minimisons le gaspillage engendré par la société de surproduction » parle de lui même.

Un même objectif : l’amélioration des conditions de vie de tous

Tous ces mouvements partent d’initiatives citoyennes et ne sont pas structurés ou « récupérés » officiellement par des associations, pourtant, ils deviennent de plus en plus importants quantitativement et qualitativement. Est-ce révélateur d’une prise de conscience ? La question est posée et même si nous ne pouvons vraiment y répondre, l’équipe de www.pourmaplanete.com ne peut s’empêcher de saluer ces actions qui réduisent la consommation d’énergie et qui sensibilisent l’opinion publique à moins de gaspillage et à plus d’attention.

Ingrid Arnoux, journaliste de www.pourmaplanete.com

Pour aller plus loin :
http://clanduneon.over-blog.com/

http://degonfle.blogg.org/

http://www.freegan.fr/