Le réchauffement climatique est annoncé comme la cause prochaine de la disparition de l’espèce humaine. Elle va entraîner une fonte des glaciers, qui va causer l’augmentation du niveau de la mer, qui se terminera par une inondation à l’échelle mondiale. L’augmentation de la canicule, le raccourcissement de la période hivernale semblent attester du réel réchauffement de la planète. Pourtant, les inconscients sont encore nombreux. Certains estiment qu’il s’agit de simples allégations. D’autres qui y croient, mais pensent que les annonces faites sont exagérées.

Une situation désastreuse imminente

Ce phénomène ne se mesure pas uniquement aux fluctuations climatiques que nous vivons au quotidien. Ce n’est pas parce que cet hiver a été particulièrement rigoureux que le réchauffement climatique n’existe pas. La température de la terre se mesure à sa surface, et les données scientifiques prouvent qu’elle augmente. Certes, les montées sont minimes, mais quand même inquiétantes. Pour se faire une idée précise, il faut savoir que la température a augmenté de 4 à 5°c depuis l’âge de glace à nos jours. Dans tous les cas, la majorité des scientifiques s’accordent pour dire que les activités industrielles humaines ont une lourde responsabilité dans ce réchauffement.

Quelles mesures faut-il prendre ?

La bonne nouvelle est que la cause a été identifiée et peut être éliminée, ou à défaut, être minimisée. A titre principal, il est nécessaire de diminuer les émissions de CO², la principale cause du réchauffement climatique. Par ailleurs, le réchauffement climatique est à l’origine de plusieurs autres catastrophes naturelles. Par exemple les inondations, bien sûr, mais aussi les incendies impressionnants ou les vagues de tempête. Il faut savoir parer aux attaques de la nature. Construire des bâtiments plus résistants, protéger les côtes, replanter à grande échelle, et bien d’autres. Le risque réside dans le fait qu’on se perde dans le combat de longue haleine. Stopper le réchauffement est un travail de plusieurs décennies. Mais il ne faut pas pour autant oublier de gérer les problèmes actuels.