Déversement de pétrole, pêche illégale, échouage d’espèce marin, le milieu marin n’a jamais été autant en danger. Lorsqu’o parle de protection de l’environnement, il s’agit surtout de préserver ce qui est à portée de nos mais, l’air que nous respirons, les espaces verts que nous connaissons, mais il est très peu question de la biodiversité, surtout de la biodiversité marine. Pourtant, la mer est également une source de richesse pour la planète. Sur ce n’est il pas nécessaire de la protéger ?

L’impact du développement humain sur le milieu marin

Transport maritime, pêche illicite, activité de plaisances, et l’introduction de nouvelles espèces dans des secteurs protégés, plusieurs actes de l’Homme sont à l’origine de la dégradation du milieu marin. En général, ces pollutions sont d’origine terrestre. Les industriels déversent leur produit chimique dans la mer sas se soucier des impacts que pourrait causer cette opération au peuple marin. Dans la majeure partie des cas, les pollueurs ne déversent pas directement les eaux toxiques dans la mer, mais c’est par le ruissellement des eaux qui échouent ensuite dans l’océan ainsi que ceux qui sont conduit par le vent.

Les principales sources de dégradation du milieu marin

Les macro-déchets tels que les sachets en plastique ou les cannettes de soda sont une des sources principales visibles que nous connaissons. Ces déchets peuvent être confondus par les animaux à leur nourriture, ce qui peuvent causer leur mort. D’un autre côté, on retrouve l’Hydrocarbure produit par le dégazage effectué en mer provoquant une intoxication et une suffocation des espèces marines, car le déversement d’hydrocarbure produit une couche imperméable sur la surface de la mer, ce qui empêche les gaz naturels d’arriver dans les fonds marins provoquant ainsi une asphyxie des animaux et des plantes. Enfin, et non pas des moindre, l’introduction de nouvelles espèces est également un véritable danger pour l’espèce marine dans la mesure où les espèces exotique tendent à prendre une ampleur considérable et nuisent à l’existence des plantes indigène. Le cas est particulièrement grave en mer Méditerranée dans la mesure où l’algue Caulerpa taxifolia une plante marine exotique tend aujourd’hui à envahir les fonds marins.