Aujourd’hui, le bioplastique est considéré comme l’alternative au plastique classique. Il est biodégradable et fabriqué avec des matières premières biologiques et renouvelables. Pour approfondir un peu plus sur le sujet des bioplastiques, retrouvez-nous dans ce volet.

Les différents types de bioplastiques

On peut distinguer deux types de bioplastiques : biosourcés et biodégradables. Il faut savoir que le plastique biosourcé est fabriqué avec 30 % de végétaux ou de déchets végétaux. Ces derniers peuvent s’agir de la canne à sucre, des betteraves, du maïs, du blé ou encore de la pomme de terre. En outre, la biomasse que l’on utilise pour la création de plastique biosourcé est souvent tirée d’une culture spécifique. Avec les résidus organiques (déchets de bois, des déchets alimentaires et des parties de légumes non consommées), on peut aussi arriver aux mêmes résultats. Pour le plastique biodégradable, ceci se décompose souvent en oxygène, en carbone et en hydrogène. Il existe des réglementations sur le carbone afin d’éviter la pollution de l’environnement durant la biodégradation. Dans ces bioplastiques, il peut y avoir des additifs tels que des retardateurs de flammes, des agents de protections contre les UV ou encore des colorants. Toutefois, la conception de ces types de plastiques suit une norme, notamment la norme européenne (transformation du bioplastique en humus à 90 % au bout de 6 mois).

Les caractéristiques de ses constituants

Dans le bioplastique, il y a un composé de pétrole en faible quantité ainsi que des matières premières renouvelables. Parmi les matières de base pour la fabrication de ces plastiques, on peut citer les acides gras polyhydroxydés, l’acide polylactique, la cellulose (matière première issue des déchets végétaux et d’extraits de bois), l’amidon qui provient des pommes de terre, du blé, du maïs et du tapioca.