Le développement durable est devenu un véritable enjeu depuis ces 3 dernières décennies. Avec beaucoup d’efforts, les différents accords concernant la protection environnementale, mais aussi, les politiques de gestion environnementales appliquées par plusieurs pays ont permis de mettre en avant ce concept. Parmi ces politiques, on retrouve la nécessité de responsabiliser chaque citoyen. L’objectif étant d’avoir une ville plus écologique. Comment rendre une ville écologique dans ce cas, et quelle en est la recette ?

Plus de présence d’espaces verts

Parmi les villes écologiques les plus célèbres, on peut citer la capitale du Norvège, Oslo, ou encore, Copenhague, au Danemark. Ces villes se démarquent par la mise en valeur de plus d’espaces verts dans tous les quartiers. C’est aussi le premier secret d’une ville écologique. Par espaces verts, il ne s’agit pas seulement d’implantation de parcs ou de jardins publics, on peut aussi sensibiliser la population à adopter la main verte à la maison afin de végétaliser les balcons et les terrasses, et ainsi, de rendre les bâtiments, plus verts. L’idée est aussi d’impliquer les autorités locales à mettre en avant les espaces verts, en plantant des arbres et des fleurs le long des routes et des rues. L’idée sera alors, d’apporter la nature en milieu citadin, mais aussi, de rendre les villes plus vivables, et moins en proie à la chaleur intense des canicules, conséquences du réchauffement climatique. Par ailleurs, cette idée permet d’exiger des constructeurs à donner de la place à la nature, entre chaque bâtiment pour qu’il y ait plus d’espaces verts dans une ville. La verdure s’intègre totalement dans le plan d’urbanisme de ce fait. On sensibilise même les habitants à construire des coins de verdure sur le toit ou le long des murs comme on en trouve dans certaines grandes villes asiatiques.

Le concept de l’écoquartier

Pour pouvoir mettre en valeur le concept de ville écologique, certaines grandes villes adoptent également le principe de l’écoquartier. On peut trouver quelques exemples en France. Ces quartiers visent la réduction de la consommation énergétique, en impliquant la population à choisir une construction plus sûre et respectueuse de l’environnement. Dans ces lieux, on pousse les habitants à utiliser les énergies renouvelables pour alimenter le réseau électrique de leur maison. On les incite également, à réduire autant que possible la consommation à travers une meilleure isolation des fenêtres, des murs, du toit, etc. Cela, dans le but de limiter la déperdition énergétique. On a même des exemples européens qui favorisent la transformation des déchets en énergie, à travers la biomasse, en plus de l’utilisation des panneaux solaires, etc. Dans ces villes, on opte également pour le concept de zéro carbone. Pour ce faire, certains quartiers et villes choisissent de ne pas utliser des véhicules qui dégagent des gaz à effet de serre. Le vélo est privilégié dans ce cas. On y trouvera alors, plus de citadins circulant en vélo de particulier, mais aussi, des offres de location de vélo, ou même des bicyclettes qu’on peut acquérir librement. Cet exemple est acquis à travers des villes du Pays-Bas où même des rues ont été aménagées pour devenir de simples pistes consacrées aux cyclistes. Et enfin, les villes écologiques favorisent également, le tri à la source des déchets. On retrouvera dans ce cas, des poubelles permettant le triage rapide des déchets, dans tous les coins de rue du chaque quartier. Cela permet entre autres, de faire participer le citoyen et de le responsabiliser à ne pas jeter les déchets n’importe où, mais aussi et surtout, de les impliquer directement au recyclage des déchets, en en faisant le tri.