Beaucoup de Français ont salué le choix du président pour avoir nommé Nicolas Hulot à la tête du ministère de l’écologie au début de son mandat. En effet, qui mieux que Hulot connaît aussi profondément toutes les questions relatives à l’environnement, à l’écologie, à la santé de la planète ?

La sonnette d’alarme a été sonnée

Mais comme vous le savez, au mois d’août de l’année dernière, celui-ci a posé sa démission, tout en tirant la sonnette d’alarme sur la tragédie climatique à laquelle nous faisons face. Il a rappelé l’urgence d’actions encore plus concrètes, encore plus fortes en faveur de l’environnement. La suite, vous la connaissez : François Rugy est devenu le numéro 1 de ce ministère sensible et peut-être que, comme tous les autres citoyens français, vous vous demandez ce qu’a fait le gouvernement jusqu’ici, aussi bien sur le plan national que sur le plan international. Rappelons quelques-uns des enjeux environnementaux et brûlants en France.

Les grands enjeux environnementaux

L’un des grands enjeux environnementaux concerne les énergies renouvelables. Selon la loi de transition énergétique fixée en 2015, il est prévu que l’énergie consommée par les Français provienne des énergies renouvelables, à hauteur de 23 % en 2023 et de l’ordre de 32 % d’ici 2030. L’an dernier, le chiffre était de 17 %, plaçant ainsi les énergies renouvelables en 4e position en tant que source d’énergie primaire. Ces énergies renouvelables se trouvent après le nucléaire, les produits pétroliers et le gaz. Le développement des énergies renouvelables dépend en grande partie du soutien apporté par l’État. Un autre enjeu environnemental de poids, c’est le nucléaire. Lors de sa campagne, l’actuel président s’est engagé à travailler pour atteindre les objectifs définis par Hollande, à savoir ramener la part du nucléaire dans la production d’électricité à 50 %.