Nous vivons littéralement les yeux rivés sur les écrans. Certaines personnes restent devant l’ordinateur pendant 8 heures par jour. En rentrant, elles prennent le temps de voir la télé avec les proches avant d’aller allumer leur liseuse ou leur Facebook mobile dans leur chambre. Ce mode de vie digitale a des conséquences peu souhaitables sur le climat.

Une mode de vie avec des dommages collatéraux

Comme le dit le chanteur Soprano dans sa chanson « Mon Précieux », une mode de vie digitale a plus de conséquences négatives que positives. Dans ce titre, cet artiste explique que la personne scotchée à son téléphone n’a pas de vie de famille ni d’amis et encore moins un lien avec les belles choses de la vie réelle. Le fait de se trouver dans notre bulle nous fait du mal et nous fait oublier que le climat est arrivé à un point de non-retour.

Des énergies souvent dépensées inutilement

Les téléphones portables et les ordinateurs consomment beaucoup d’énergie. Les téléviseurs numériques les font également. Malheureusement, ces appareils restent allumés plus que de raison. Il n’y a plus personne qui prend la peine d’épargner la batterie de leur portable en l’éteignant le soir.

La smart TV dotée de puissant microprocesseur et de mémoires vives énergivores fonctionne 24/7 chez certaines familles. Paradoxalement, le fait que nous soyons bombardés d’informations nous empêche de prendre conscience que la Terre meurt à petit feu.

Être informé de tout en temps réel rompt de l’essentiel

Le climat en total dérèglement alimente à peine la rubrique des faits divers. Pourtant, la majorité des cataclysmes viennent de la surconsommation d’énergie électrique.

Puis, la course au plus performant des appareils a aussi une mauvaise influence sur l’environnement. Les anciens téléphones ne sont pas correctement recyclés. Les composants tels que la terre rare ou l’or sont parfois extraits à la forêt tropicale.